Raies et requins

Les requins et les raies jouent un rôle important pour le maintien de l’équilibre des écosystèmes marins. En tant que supers-prédateurs, situés en haut de la chaîne alimentaire, les prélèvements effectués par les requins pour se nourrir participent en cascade à la régulation de tous les niveaux trophiques inférieurs. D’ailleur, la présence de ces prédateurs dans un milieu indique généralement sa bonne fonctionnalité.

En Guyane, un premier état des lieux sur les enjeux de gestion des ressources marines avait été réalisé par l’Agence des Aires Marines Protégées (AAMP, 2009). Elle en avait conclu la nécessité de développer les connaissances sur la biodiversité et le fonctionnement de l’écosystème marin guyanais. Entre 2014 et 2016, la réalisation d’un inventaire ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique), du domaine marin, a permis la synthèse de données existantes pour plusieurs groupes taxonomiques, dont les poissons de mer. De nouvelles recommandations sur l’amélioration des connaissances ont également été formulées. Suite aux résultats de ces études et aux échanges avec les experts locaux, s’est constatée une réelle carence des connaissances sur les poissons de mer en Guyane. Au contraire des poissons commercialisables, les connaissances restent quasi nulles au sujet des poissons victimes de prises accessoires, de captures accidentelles ou d’observations opportunistes.

C’est le cas pour de nombreuses espèces de requins, raies, espadons, marlins et thons pour lesquelles très peu d’informations existent sur leur abondance, activités ou migration. Le Requin tigre fait par exemple partie de ces espèces observées de manière opportuniste, dont, malgré son statut de conservation et son caractère patrimonial, n’entre dans aucun programme d’études.

Au vu des recommandations formulées ces dernières années sur les groupes taxonomiques prioritaires à étudier, le GEPOG veille à l’actualisation des connaissances sur les raies et les requins en Guyane, à partir de la littérature existante, mais également à travers la concertation avec des acteurs locaux et des experts.

L’amélioration des connaissances sur les grandes espèces de poissons est également une action du plan de gestion de la réserve naturelle de l'Île du Grand-Connétable.