Objectifs

Expérimenter et diffuser des techniques de gestion innovantes

  • A La Réunion, l’échenilleur ou le tuit-tuit, de son appellation créole, est un passereau en voie d’extinction. Pour sauver cette espèce, une méthode de régulation des rats à large échelle sera testée et appliquée sur la Réserve de la Roche-Ecrite, située dans le parc national.
  • Le busard de Maillard, seul rapace nicheur de La Réunion, endémique et mondialement menacé, est victime des câbles aériens, de l’empoisonnement et du braconnage. Des équipements et procédures préventifs seront élaborés avec les acteurs socio-économiques concernés et des patrouilles de bénévoles standardisées seront mises en place pour récupérer les oiseaux blessés et augmenter leur taux de survie.

Échenilleur de La Réunion, tuit-tuit

  • Les savanes sèches de Guyane recouvrent moins de 2% du territoire. Méconnues mais très riches, elles abritent un cortège d’oiseaux spécifique comme le tyranneau barbu. Des techniques de gestion de la flore envahissante, de la pratique du brulis, et de la restauration après exploitation agricole seront expérimentées. La valorisation écotouristique des savanes sera également testée.

Protéger les sites et les habitats des espèces menacées en conciliation avec les activités socio-économiques

  • En Guyane, le coq de roche orange, emblème des forêts de montagne du Plateau des Guyanes, est menacé par l’exploitation minière et forestière et la fréquentation incontrôlée de certaines grottes de reproduction. Dans le cadre d’un processus poussé d’acquisition de connaissances et de concertation avec les entreprises et institutions concernées, l’accès aux grottes les plus exposées sera restreint, et certains sites classés en zones non exploitables. Le tourisme de vision sera adapté et encadré par la formation et l’aménagement des sentiers.

Coq de roche orange, Guyane, M. Dechelle

  • Les habitats totalement inconnus de nourrissage et de dispersion du héron agami, dont la Guyane abrite la plus grande colonie connue à ce jour dans le monde, seront localisés par la pose de balises Argos, permettant de réaliser le premier plan de conservation de l’espèce.
  • En Martinique, une méthode de haute technologie combinant électronique et Systèmes d’Information Géographique sera appliquée pour délimiter et restaurer dans la Presqu’île de La Caravelle, y compris la Réserve de la Caravelle (gérée par la Parc naturel régional), les hotspots abritant les derniers couples du moqueur gorge-blanche, endémique et mondialement menacé.

Développer de nouveaux outils de suivi, d’évaluation et de prise en compte de l’avifaune dans les territoires

  • À La Réunion et en Guyane, un état des lieux des sites d’intérêt national pour l’avifaune situés en-dehors des aires protégées existantes sera réalisé afin d’améliorer la prise en compte de l’avifaune dans l’aménagement du territoire.

Ariane de Linné, Guyane, M. Giraud-Audine

  • Le protocole STOC EPS de suivi des populations d’oiseaux communs, indicateur de l’état de la biodiversité, sera adapté et mis en place à La Réunion, en Guyane et en Martinique, en partenariat avec les DEAL et le CRBPO. Un outil de monitoring et d’évaluation de l’état de conservation de la biodiversité sera ainsi opérationnel, tel que préconisé par le European Bird Census Council (EBCC).
  • Une base de données ornithologique, de saisie, de restitution et d’analyse en ligne, sera conçue pour chaque territoire, à partir d’un portail d’accès commun. Elle constituera un outil inédit d’étude, de suivi et de prise en compte de l’avifaune dans l’aménagement du territoire.

Ces actions ayant vocation à être étendues et répliquées en outre-mer à l’issue du projet, un site web interactif et dynamique, des guides et plaquettes techniques, deux séminaires, une exposition, un kit de posters scientifiques et un colloque seront réalisés en français, en anglais et en espagnol.